Une Fabrik à Déclik c’est un événement de trois jours qui réunit une centaine de jeunes et une cinquantaine d’intervenant.es. L’objectif : comprendre qu’on a les capacités d’agir sur le monde et de l’améliorer ! Le contenu : des ateliers pour mieux s’inspirer de parcours atypiques, pour mieux se connaître, des moments ludiques et créatifs pour découvrir les autres jeunes et un parcours à choisir (artistique, sport, entrepreneuriat, développement personnel…) pour tester pendant trois matinées ce que ça fait d’être acteur et actrice de sa vie et de se prouver à soi et aux autres qu’on peut agir ! Lors de la dernière soirée de la Fabrik, les jeunes viennent témoigner sur scène de ce qu’ils ont vécu, voici la restitution des jeunes du parcours sport de la dernière Fabrik à Déclik de Bordeaux (février 2019)…

Entraide, coopération, esprit d’équipe, bienveillance. Telles sont, Mesdames et Messieurs, les valeurs que les participants du parcours sport ainsi que leurs incroyables intervenants ont pu expérimenter, développer, ressentir et partager au cours des trois matinées de la FabriK à DécliK d’hiver 2019.

Oui, Mesdames et Messieurs, trois matinées seulement, et tant de choses accomplies.

Trois matinées pour être tour à tour aveugles, muets, à mobilité réduite, mais pratiquer du sport malgré tout.

Trois matinées pour exprimer nos colères quotidiennes, des discriminations racistes et sexistes à la panne d’eau chaude de notre 18 m2.

Trois matinées pour se défouler, tester nos limites, avoir des courbatures nous faisant prendre une bonne soixantaine d’années.

Trois matinées pour nous demander, justement, pourquoi donc si peu d’aménagements sportifs sont mis en place pour les personnes âgées.

Trois matinées pour tomber, se relever, partir en fou rires, apprendre à se comprendre, se connaître, s’écouter.

Trois matinées pour inventer un sport unique, qui exprime nos colères, réponde aux travers révoltants de notre société, mais surtout nous unisse.

Car, oui, Mesdames et Messieurs, lorsque la magie du sport opère, et qu’ânes et chèvres ne font plus qu’un grand cercle uni dans leur différence, l’humanité que nous partageons peut rayonner et s’épanouir. Autour d’un simple ballon, d’un mur d’escalade, sous l’eau, seul ou en équipe.

Le parcours sport a su nous inviter à trouver notre place, sur le devant de la scène ou en lisant un texte en voix-off, et à oser, ici et maintenant.

Car au fond, KesKonRisk ? Au pire, ça marche !

[Photo prise par Romy Hoeusler lors de la Fabrik à Déclik Lyon Février 2019]